6 dates historiques de la censure dans la littérature

Posté le 24/09/2014 à 17h42. Modifié il y a 2 ans 8 mois 28 jours Voir le livre

Titre:
Roméo et Juliette
Genre:
Actu, Politique et Société
Editeur:
MAGNARD
( 27/04/2012 )
ISBN:
2147483647
160 pages
2,95 euros

Retracer l'histoire de l'interdiction des livres présentes des difficultés évidentes: l'histoire écrite, en particulier avant les siècles récents, est loin d'être complète et fiable, et identifié les régimes qui s’adonnaient à la censure est une tâche encore plus ardue.

Certains actes de censure ont sans doute été ignorés au fil de l'histoire, alors que certains d'entre eux sont devenus légendaires même si remis en question par certains historiens - telles que le tristement célèbre incendie de la Bibliothèque d'Alexandrie par le calife Omar en l'an 642. Après tout, les historiens ne sont pas toujours exempts de motifs inavoués, et accuser ses rivaux politiques et mépriser les anciens régimes de répression intellectuelle peut avoir permis à certains auteurs et éditeurs de contrôler l'histoire en faveur de leurs dirigeants préférés.

Pourtant, il est clair que les tentatives de contrôle et de bâillonnement du discours littéraire sont presque aussi vieilles que la littérature elle-même. La manifestation annuelle Banned Books Week de l'American Library Association met en lumière la façon dont la censure et la limitation de la liberté d'expression continuent d'affecter les lecteurs et les auteurs dans l'Amérique d'aujourd'hui, mais l'origine de l’interdiction des livres se trouve loin dans le passé.

Voici six moments historiques où les censeurs de livre ont remporté des victoires importantes, restreignant l'accès à l'écrit:

Qin Shi Huang brûle les écrits de Confucius (~221-210 B.C.)

Un puissant souverain qui a consolidé l'empire chinois et uniformisé ses langues, la bureaucratie, et les calendriers, Qin Shi Huang a laissé une marque indélébile dans l'histoire de son peuple. Il est également soupçonné d'avoir eu des ressentiments à l'égard des érudits qui étaient partisans de la tradition confucéenne. Quand il est arrivé au pouvoir, Qin Shi Huang aurait fait détruire de nombreux textes confucéens, craignant qu'ils ne soient utilisés pour ébranler son règne; plus tard, il aurait ordonné d’enterrer de centaines d’érudits pour incitation à la dissidence. Certains historiens remettent en question ce récit, qui est décrit dans les Mémoires du Grand Historian, suggérant qu'il est plus probable que les écrits de Confucius ont été perdus quand un incendie a détruit une grande partie de la bibliothèque impériale lors de la chute de la capitale Qin. La vérité pourrait rester un mystère.

Girolamo Savonarole et le bûcher des vanités (1497-98)

L'histoire des livres brûlés à Florence du prêtre fanatique Savonarole fut si célèbre, qu'elle a donné le titre "bûcher des vanités", une référence culturelle commune - un roman de Tom Wolfe écrit après l'événement. En plus des livres «immoraux», le feu avait pour but de détruire d'autres joyaux qui pourraient amener les gens dans le péché de vanité(art, vêtements de fantaisie, cosmétiques, et ainsi de suite). Bien que Savonarole était un prêtre dominicain, il avait formé un parti politique qui détenait un pouvoir important à Florence, donnant à ses condamnations, de certains textes et créations artistiques, une connotation gouvernementale aussi bien que religieuse.

Index Librorum Prohibitorum établie par le Pape Paul IV (1559)

Le pouvoir de l'Église catholique rivalisait avec celle des empires en 1559, quand elle a créé une liste de livres interdits pour ses adhérents, l'indice Librorum Prohibitorum. De nouvelles éditions de l'indice furent publiées jusqu'en 1948, et il a fallu attendre près de 20 ans plus tard pour que la liste ne soit plus d'actualité. C'est plus de quatre siècles de réglementation religieuse officielle des écrits destinés aux lecteurs catholiques. À divers moments, les travaux d'auteurs influents et brillants comme Emmanuel Kant, Simone de Beauvoir, et John Milton ont été placés sur la liste.

The Meritorious Price of Our Redemption de William Pynchon banned in New England colonies (1650)

Considéré comme le premier livre à être interdit dans les colonies de la Nouvelle-Angleterre, The Meritorious Price Of Our Redemption était une critique si violente du Puritanisme que les compagnons colons de Pynchon, outragés, l'ont contraint à retourner en Angleterre. Des exemplaires du livre ont été brûlés à Boston, et Pynchon lui-même a été accusé d'hérésie dans la colonie du Massachusetts Bay. La censure de livre allait avoir une longue et trouble histoire dans le soi-disant Nouveau Monde…

Les Souffrances du jeune Werther interdits dans plusieurs pays européens (1774)

Alors que, dans l'histoire de  l'interdiction du livre, les motivations politiques ou religieuses sont souvent  à la base de la censure, l'interdiction des Souffrances du jeune Werther de Johann Wolfgang Von Goethe l’a été pour des raisons de santé publique. Le roman de Goethe expose  les déboires romantiques d'un jeune homme passionné - aboutissant au suicide de ce dernier par arme à feu après avoir été rejeté par sa bien-aimée. Le roman eut un grand succès, tant et si bien que sa popularité a été désignée «fièvre Werther»; les jeunes auraient commencé à imiter le mode d’habillement de Werther et se rendaient en pèlerinage sur la tombe d'un ami de Goethe pensant que c’était lui qui avait inspiré le personnage de Werther dans le livre. Les autorités étaient tellement préoccupées par des rapports de suicides par imitation que plusieurs villes et pays européens, dont le Danemark et l'Autriche, ont interdit ou réglementé l'accès au livre. On ne sait pas combien de réels suicides par imitation ont eu lieu, mais les interdictions se sont poursuivies malgré tout.

Dr Thomas Bowdler publie Shakespeare expurgée (1807)

Comme Savonarole, le Dr Bowdler a popularisé un nouveau terme dans le vocabulaire de la censure des livres: «expurger». L'édition de 1807 de Bowdler de 24 pièces de théâtre de Shakespeare - qui est considéré par beaucoup comme ayant été édité pas par Bowdler, mais par sa sœur retraitée Harriet - reste tristement célèbre pour avoir tenté de faire accepter les drames de Shakespeare à une société « polie » en coupant généreusement les parties vulgaires ou obscènes. L'édition de 1807 a été suivie par d'autres volumes de Shakespeare bénéficiant du même traitement; la série a été intitulée The Family Shakespeare. C'est vrai: Shakespeare a lui-même donné de mauvaises valeurs familiales à son époque. Au moins, les Bowdlers ont pu voir la valeur de la lecture et de l'enseignement de Shakespeare malgré son côté profane - mais malheureusement, le barde n'est pas vraiment le Barde sans quelques plaisanteries grivoises (jeux de mots anglais: the Bard isn’t really the Bard without some bawdy jokes).

Sources: HufftingtonPost

1 Commentaires

BookAdmin
Par BookAdmin il y a 2 ans 8 mois 28 jours

Merci pour ce superbe article, très instructif ! Il y a plus qu'à lire Les Souffrances du jeune Werther  et écrire un article dessus...

Je vais m'y coller quand j'aurai un moment.

 

Laisser un commentaire (Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire)

user