J'ai lu ... les tomes 1 à 6 d'Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et de Clément Oubrerie

Posté le 29/07/2014 à 23h17. Modifié il y a 3 ans 2 mois 3 jours Voir le livre

Titre:
Aya de Yopougon
Genre:
Adolescence et Jeunesse
Editeur:
Gallimard Jeunesse
( 25/11/2010 )
ISBN:
2070695123
120 pages
17 euros

 

Synopsis de la Bande dessinée :

Côte d'Ivoire, 1978. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan. Ça sent le début des vacances mais très vite les choses vont commencer à se gâter...
«Dans les années 1970, la vie était douce en Côte d'Ivoire. Il y avait du travail, les hôpitaux étaient équipés et l'école était obligatoire. J'ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n'avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante: les études, les parents, les amours… Et c'est cela que je veux raconter dans Aya, une Afrique sans les clichés de la guerre et de la famine, cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, ‘la vie continue...» (M.Abouet)

  

 IT ' S  MY OPINION :  

 

Hello guys !!!!

 

Je viens aujourd'hui me livrer à un des exercices  les plus difficiles selon moi : inciter mon lecteur à lire un des genres les plus boudés dans le cercle littéraire : La Bande dessinée connu sous le nom de B.D.

Pour beaucoup d' entre nous, la B.D est synonyme d' ouvrages pour enfants ou pour adolescents  pré-pubaires se tordant de rire devant une mésaventure d' "Oncle Piscou" (Hihi dédicace à mon petit dogo !!!). On se demande sérieux quel adulte digne de ce nom  est capable de s'asseoir dans le rer, le buste fier à 8h du matin, une BD à la main  en regardant droit dans les yeux son voisin d' en face, qui lui lit "Libération". J'ai envie de crier " PAS MOI !!!! J' ai déja assez de défauts, je vais pas me faire remarquer  en PLUS   en lisant une B.D. Sa va , je passe mon tour !!!!!".

 

Et bien, détrompons nous (vous voyez, je m' inclus dedans), la B.D peut nous faire voyager, sans oublier de nous faire rire,  mais elle peut aussi réhausser le niveau (j'ai envie de dire FAIBLE ...) de notre bagage culturel et de nous éloigner  des clichés  comme c'est le cas dans  Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et de Clément Oubrerie .

 

Mon Aya de Yopougon :

 

Yes !! Me voila fraiche et  pimpante dans mon pagne superwax gambadant dans YOP CITY." Euh..., Dis donc Aya, où est passée le panneau avec la derniére campagne de lutte contre la famine ?? Tu vois, celle où on voit deux enfants avec des ventres près à exploser ? Bon, bah alors où est la queue pour les visas  devant l'ambassade de France ? ". Voyez vous, c'est le genre de questions que j'aurais pu poser à Aya si je me baladais dans une oeuvre remplie d' apprioris et de clichés sur le tiers monde.

Heureusement, ce n'est pas le cas. Certes, la famine ou la maladie sont des réalités dans cette partie du monde, mais ils ne sont  pas tout. Marguerite Abouet nous fait voyager avec son livre dans l'Abidjan de son enfance et les illustrations de Clément Oubrerie nous permet d' imaginer une Afrique aux couleurs joyeuses avec ses enfants bien sapés. Les péripeties y sont très amoureuses mais comiques avec une cohérence et un réalisme tout au long des différents tomes. Aya et ses galéres de copines , d'etudes et de gars. C'est nous en mieux avec d' etonnantes expressions "couleur locale". Notons que à la fin de chaque ouvrage, l'actrice nous offre de superbes recettes typiques ivoiriennes.

 

Je dois vous avouer que je pense ne pas etre  la seule à adhérer à ces aventures, la preuve : il parait que le tome 7 arrive avec un film à la clé , qui va sortir dans le courant de l'année. Je vous inviter sur ces derniers mots à suivre le mouvement .... hihi.

 

A bientôt sur Booklab.

0 Commentaires

Laisser un commentaire (Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire)

user