Act Like A Lawyer Think Like A Gangster

Posté le 27/11/2014 à 09h42. Modifié il y a 2 ans 11 mois 25 jours Voir le livre

Titre:
Le Manipulateur
Genre:
Policier, Polar et Suspense
Editeur:
POCKET
( 15/05/2014 )
ISBN:
2147483647
477 pages
7,90 euros

Dans de nombreux passages du roman « Le Manipulateur » de John Grisham, on retrouve Malcom Bannister, son personnage principal, narguant les fédéraux en leur annonçant : « Il n'existe aucune section de notre vaste Code fédéral que vous pourriez utiliser contre moi. » Grisham écrit plus souvent sur les victimes ou les repris de justice, mais rarement sur des personnages ayant les nerfs - pour rester poli - de faire fi des autorités aussi effrontément.

Mais « Le Manipulateur » est un livre inhabituel pour Grisham. Contrairement à beaucoup de ses autres œuvres, il ne cherche pas à donner des leçons sur la justice du haut de sa tribune. Ce livre est beaucoup plus fourbe que cela. Dans ces premières pages, il suit la patte familière de Grisham, dans laquelle un avocat se trouve de façon inattendue dans des ennuis juridiques. Puis, il se mue complètement en un récit exaltant sur comment Malcom, un avocat radié du barreau, maintenant, juriste autodidacte expérimenté, conduit ses poursuivants sur une longue, et sinueuse route.

Au début du livre, Malcom est présenté comme un forçat, un ex-marine et ancien avocat qui a été inculpé pour des charges de raquette et association de malfaiteurs avec un certain Barry le Bakchich, trafiquant et proxénète notoire. L’implication du petit cabinet d’avocat de Malcom dans l’exécution de l’une des transactions immobilières de Barry lui vaut une condamnation fédérale à 10 ans de prison pour violation de la loi RICO, qu’il n’a pas sciemment enfreinte. L’histoire globale de Malcom implique également une confession sous la contrainte, qui se révèlera très utile plus tard. Et pour couronner le tout, Malcom est noir. Ceci semble n'avoir que peu d'importance dans le livre jusqu’à ce que Grisham fasse un usage judicieux de ce détail racial plus tard.

La liste des ouvrages de John Grisham est si longue, qu’il se trouve qu’il a déjà écrit une non-fiction sur un homme innocent (« L’Accusé ») et un roman centré sur un aveu douteux (« La confession »). Aussi, « Le manipulateur » semble être du même acabit. Mais ce dernier n’est pas une histoire sur la victoire ou l’erreur d’une cour de justice. C’est l’histoire la plus sournoise et la plus surprenante d’un homme intelligent qui devient encore plus intelligent en perfectionnant ses compétences 5 ans durant en tant qu’avocat de prison – puis concocte savamment un projet de vengeance ingénieuse.

Comme tous les livres de Grisham qui ne traite pas de baseball, « Le Manipulateur » a une structure construire autour d’un principe juridique particulier. Dans ce cas précis, c’est une échappatoire appelée article 35. Dans le cadre des lois fédérales de procédure pénale, l’article 35 prévoit une réduction de peine si le défendeur « peut résoudre un délit criminel, autre que le sien, qui suscite l'intérêt des fédéraux». Entre alors en scène Raymond Fawcett, un juge fédéral assassiné dans un bungalow, au milieu de nulle part, où il passait ses week-ends. Sur la même scène du crime : la secrétaire du juge, Naomi Clary, également assassinée, et un coffre-fort vide, assez grand pour avoir abrité des articles de contrebande.

 Malcom qui prétend détenir des informations importantes à propos du meurtre du juge. Il prétend connaitre l’identité et la motivation du ou des tueurs. Et il se mettra à table… à condition de sortir de prison, d’être placé dans le programme de protection des témoins, de profiter d’une intervention chirurgicale pour changer de visage, d’une nouvelle identité et bien sûr qu'on le laisse tranquille le restant de sa vie.

Ce roman est écrit avec vigueur. Peut-être, est-ce parce que Grisham ne s’est pas embourbé dans des recherches excessives. Comme il le souligne dans une postface : il a tout inventé et presque rien dans « Le Manipulateur » n’est basé sur des faits réels et l’« exactitude n'était pas essentielle ». Pourtant même s’il pratique l’autodérision en se plaçant dans la catégorie des « écrivains les plus paresseux », cet auteur n’est pas fainéant. Il a tout simplement abandonné le travail d’investigation de terrain au profit de ce qu’il fait de mieux : la narration.

Pour certains auteurs, la trouvaille de l’article 35 pour Malcom aurait servi de dénouement, mais pour Grisham, c’est juste le point de départ d’une longue histoire. Il garde stratégiquement les combines de Malcom secrètes pour les dévoiler plus loin dans le récit, de sorte que le lecteur reste dans le flou jusqu’à ce que les évènements se produisent. Ceci est un point délicat à développer sans vous dévoiler quelques aspects clés de l’histoire, je vais donc m’en abstenir.

Juste en passant, « Le manipulateur » montre différentes façons de contourner le FBI, à enfreindre les réglementations financières et prouve que le crime pourrait bien payer. Mais dans le cas de Malcom, ayant été victime d’injuste  à la base, on ne peut qu’être content qu’il s’en sorte à si bon compte, même si pour cela il a dû berner des agents du gouvernement.

2 Commentaires

BookAdmin
Par BookAdmin il y a 2 ans 11 mois 25 jours

Merci pour ton article jol. En revanche, il faudrait que t’y ailles doucement avec les films à l'eau de rose (tu me comprends) ...

De plus, j'ai l'impression que clara déteint sur toi (ou, est-ce le contraire?). À en juger par vos titres fantaisistes du moment... smiley

Bref, c'est quand même fou cette histoire d'un avocat qui se met à berner le FBI. Après les erreurs judiciaires sont monnaie courante aux États-Unis comme dans d'autres pays, j'imagine. Voir une victime de ces erreurs s'en sortir à si bon compte est tout simplement prodigieux !

Edit : Félicitations pour ton nouveau badge, tu deviens aussi bavard que moi.

 
user
Par jol il y a 2 ans 11 mois 22 jours

Merci. Et oui à force de lire les critiques des autres on s'approprie - un peu - leur style.

  BookAdmin aime ça.

Laisser un commentaire (Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire)

user