Charlotte – David Foenkinos

Posté le 29/10/2014 à 12h26. Modifié il y a 2 ans 9 mois 21 jours Voir le livre

Titre:
Charlotte
Genre:
Histoire
Editeur:
Gallimard
( 21/08/2014 )
ISBN:
2070145689
224 pages
18,50 euros

C’est souvent en période de guerre que la nature humaine éclate au grand jour. Ce sont les guerres qui font les héros et les monstres bien que ce concept n’ait pas de beaucoup de sens. Quand l’armée nazie écrasait l’armée française en 1940, n’était-elle pas accueillie en héros à Berlin ? À la Libération, n’était-ce pas les alliés qui étaient portés en triomphe ? Contrairement à ceux qui affirment que l’être humain est foncièrement mauvais, je pense que l’être humain est complexe. Tandis que certains s’adonnent gratuitement à la délétion, d’autres essais de sauver leurs semblables par tous les moyens.

Une artiste peintre a justement été victime de cette délétion en 1943, elle perdit la vie à seulement 26 ans alors qu’elle était enceinte. David Foenkinos nous livre un roman dont le titre est « Charlotte » et qui est inspiré de la vie de cette artiste qui s’appelait Charlotte Salomon.

Charlotte vient au monde dans une famille frappée par une succession de drames et de démences. Elle passe son enfance à Berlin et fera ses premières armes d’artiste aux Beaux-Arts Furstin-Bismarck sous l’œil bienveillant du professeur Ludwig Bartning. Elle y découvre ses premières influences artistiques : Munch, Kokoschka et Beckmann. L’« arrivée de la haine » au pouvoir, en 1933, la mettra, elle ainsi que toute la communauté juive, au ban de la société. C’est aussi dans ce chaos qu’elle connaitra ses premiers frémissements amoureux avec un écrivain fêlé du nom d’Alfred Wolfsohn.

La situation, déjà tendue en Allemagne, échappa à tout contrôle lorsque les nazis lancèrent « La Nuit de Cristal », un projet en représailles à l’assassinat du troisième conseiller de l’ambassade d’Allemagne à Paris, Ernst vom Rath, par Herschel Grynszpan un juif polonais de 17 ans. Partout à Berlin, les biens juifs sont saccagés, des dizaines de meurtres perpétrés et c’est aussi dans ce contexte que Charlotte s’exile dans le sud de la France. Elle y luttera contre ses pulsions morbides et entreprendra la réalisation de son œuvre « Vie ? Ou Théâtre ? » Une œuvre sur sa propre vie qui sera l’élément déclencheur de la presque obsession de Foenkinos pour l’artiste et la raison de ce roman. « C’est toute la beauté du projet de Charlotte. Où est la vie ? Où est le théâtre ? Qui peut connaître la vérité ? » écrit-il pour souligner le coté romanesque, mais aussi véridique de l’œuvre. Il se lancera alors sur les traces de Charlotte et essayera de nous dévoiler des bribes de sa vie avec sympathie.

Ce roman est écrit avec des phrases très courtes, comme des vers d'un poète - Foenkinos - à sa muse Charlotte, des mots justes et sans fioritures.

« Je me sentais à l’arrêt à chaque point.

Impossible d’avancer.

C’était une sensation physique, une oppression.

J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.

Alors, j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi » écrit l’auteur. Comme disait Kandinsky « Créer une œuvre, c’est créer un monde », j’ai adoré m’immerger dans celui de Foenkinos et de Charlotte.

1 Commentaires

clara
Par clara il y a 2 ans 9 mois 21 jours

Une bien triste histoire. Je suis allé voir certaines de ces peintures et cela à l'air pas mal du tout. Après j'avoue que je n'y connais absolument rien en peinture. Mes références s'arrete à la "liberté guidant le peuple" ou la "joconde".

  BookAdmin aime ça.

Laisser un commentaire (Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire)

user