L’amour et les forêts - Eric Reinhardt

Posté le 01/11/2014 à 14h47. Voir le livre

Titre:
L’amour et les forêts
Genre:
Littérature sentimentale et Erotisme
Editeur:
Gallimard
( 21/08/2014 )
ISBN:
207014397
368 pages
21,00 euros

Lorsqu’une femme découvre que son mari est totalement indifférent à elle, soit elle néglige sa toilette, soit elle se met à porter les chapeaux chics que lui paye le mari d’une autre femme. Cette citation d’Oscar Wilde est encore terriblement d’actualité même de nos jours. Alors, bien sûr les femmes n’ont plus besoin, stricto sensu, que les hommes leur offrent des cadeaux, mais elles ont toujours ce besoin irrépréhensible d’être admirées, adulées, considérées, comme si le regard de l’homme en général et celui de l’homme qu’elles aiment en particulier avait une espèce de pouvoir mystique qui les fait se sentir femmes.

Ce besoin d’amour, dont certains diront que les femmes n’aiment pas l’homme mais l’Amour, pousse certaines d’entre nous à tromper leur compagnon pour se sentir aimées, « se sentir vivantes » rien qu’une journée dans les bras d’un amant fougueux.  Je parlais dans une précédente critique de l’adhésion des adultes aux valeurs adolescentes. Tout se passe comme si elles étaient en quête de leur premier amour, de leur amour de jeunesse, qui les avait tant bouleversées. Pourtant, le temps suit son cours, et tôt ou tard, il faudra bien faire face à la vie d’adulte sans se dérober. Eh bien, certaines femmes n’y arrivent point. Ce sont généralement de grandes traumatisées de la vie qui ne voient plus leur féminité, leur attractivité et seraient capables de s’abandonner au premier quidam venu, même s’il les laisse indifférentes !

Cette situation est très similaire à l’héroïne du roman « L’amour et les forêts » d’Eric Reinhardt. (Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un énième livre écologique sur la préservation des forêts équatoriales, quoi que…). Bénédicte Ombredanne, l’héroïne du roman donc, rentre en contact avec Eric Reinhardt après avoir lu son dernier livre qui l’a particulièrement touchée. Elle  rencontrera l’auteur à deux reprises au cours desquelles, elle lui racontera son histoire. Bénédicte était donc mariée, mère de deux enfants (un garçon et une fille), et vivait un véritable calvaire dans son foyer. Son mari exerçait sur sa vie une surveillance étroite, un vrai « harceleur certifié », toujours à la sermonner et à lui infliger toutes sortes de blessures psychologiques. De sorte qu’elle finit par rendre les armes, signa sa reddition et se comporta en femme soumise. « C’était un peu comme une forêt profonde et angoissante, inextricable », confiera-t-elle à Eric Reinhardt, pour décrire la situation qu’elle subissait auprès de son mari, et dont elle n’arrivait pas à se dépêtre.

Un soir, après une énième remontrance de son mari, Bénédicte Ombredanne décida de se rebeller, de « sortir de sa vie terne et répétitive ». Elle veut prendre un amant. Pour se faire, elle va se connecter sur un célèbre site de rencontre où elle rencontrera entre autres l’intrépide Napoléon04 et surtout Playmobil677. Ce dernier va complètement bouleverser sa vie et sera aussi la cause de sa perte.

Pour une fois dans sa vie, elle prenait une initiative qui ne concernait que sa personne « comme une femme libre », dira-t-elle à Eric Reinhardt. J’ouvre une petite parenthèse ici. Alors les filles ouvrez bien les oreilles et écoutez-moi, il ne faut surtout pas suivre son exemple. Tromper son compagnon n’a rien de féministe ni de libérateur. Sortir des griffes d’un homme et se jeter dans les griffes d’un autre, aussi aimant et adorable soit-il, est pour moi une gageure. Néanmoins, deux options s’offrent à vous : fuir le plus loin possible et refaire sa vie ou amener votre dingo de mari chez le psychiatre ! Je suis triste, donc je m’envoie en l’air, et qui plus est avec un inconnu rencontré sur internet ne me semble pas être une bonne idée. Sauf si vous êtes dans une union libre, alors chacun fait selon ses envies. D’ailleurs, de retour de son escapade amoureux, Bénédicte Ombredanne due affronter le regard accusateur de sa fille de 13 ans qui lui fera remarqué ceci : « ta vie de femme ! Je te rappelle que t’es aussi une mère » [sic], quand elle tentera de dissimuler sa faute.

En revanche, là où je suis totalement d’accord avec Bénédicte Ombredanne, c’est quand elle explique la place de la femme dans la société à sa fille : « immémoriale, choquante, de servitude, de soumission, un espace d’avilissement, un moyen de t’attribuer le rôle le plus formaté qu’il soit possible de concevoir ». Ici je la trouve convaincante, et faire comprendre à sa fille qu’il ne faut pas tomber dans ce piège est pour moi résolument féministe !

« L’amour et les forêts » est un récit bouleversant, drôle parfois, et se place résolument dans une optique d’émancipation face à l’avilissement. Cela prend du temps de savoir qui on est, mais l’horloge biologique tourne. La beauté de ce roman, c’est qu’il nous invite à la patience. La route est longue pour être une femme sincère ayant le courage de ses opinions et ce roman d’Eric Reinhardt est déjà un bon compagnon de route pour ce long périple.

3 Commentaires

user
Par jol il y a 2 ans 9 mois 18 jours

J'ai un ami qui a vécu la même histoire avec sa copine, sauf que lui ne l’a maltraitait pas vraiment. Je vous entends d'ici dire que je le défends et tout car c’est mon ami. Pas du tout. Elle l'a trompé avec un de ses amis, enfin ils ont flirté ensemble sans qu'on sache jusqu'où ils sont allés. Il devenait fou le bonhomme, il voulait savoir ce qu'il lui avait fait pour mériter cela. 

Le fait est que quand on reste longtemps avec une personne, la routine s'installe et ceux qui étaient jadis des amoureux transis découvrent avec stupéfaction qu'ils ne sont plus que des étrangers.

Pour mettre fin à ses souffrances et à celles de la fille, il a décidé de rompre. Sa copine n'a pas compris et lui en tenu rigueur jusqu'aujourd'hui. Quant à moi, je l’ai conforté dans son choix. Plutôt que de devenir un monstre, et pour ainsi dire l'ombre de soi-même, mieux vaut parfois préférer la solitude.

C’est dur de vivre en couple, le mieux c’est encore d’être amis, amants, et mari et femme en même temps. Ce mélange crée une complicité qui survit aux affres du temps.

Pour en revenir à « L’amour et les forêts », c'est un livre qui a l'air de militer pour la préservation d’un genre féminin menacé, mais, heureusement, pas en voie de disparition.

 
BookAdmin
Par BookAdmin il y a 2 ans 9 mois 18 jours

L'histoire de ton ami, et l'histoire que nous raconte clara sont des cas particuliers. Essayons de ne pas en faire des généralités. En fait, j'ai l'impression que toutes les histoires sont uniques, c'est peut-être pour cela qu'on n’arrive pas endiguer le fléau de la violence, physique ou psychologique, dans le couple. Mais, à ce que je constate, le livre d'Éric Reinhardt invite à la réflexion, et cela est déjà une bonne chose. Merci pour ton article clara.

  jol, clara aiment ça.
clara
Par clara il y a 2 ans 9 mois 18 jours

Tu as tout a fait raison BookAdmin, toutes les histoires sont uniques. Le livre est en lice pour le prix Médicis. Je n'ai pas encore lu les livres des concurrents, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire celui-là.

 

Laisser un commentaire (Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire)

user